Comment s’y retrouver entre les connexions directes et les fermes de cartes SIM ?

3 minutes de lecture

textmessage

La construction de la plateforme de CM a nécessité de grands efforts et un long chemin. Aujourd’hui nous envoyons des millions de messages par jour au travers nos connexions directes opérateurs.

Ces connexions directes assurent la stabilité et la vitesse du trafic A2P (application to personn) ou Push SMS. Plus votre entreprise utilisera nos connections directes, plus votre trafic sera acheminé de manière stable. Cet acheminement à un coût.  Les opérateurs facturent les fournisseurs de services mobiles, comme CM, pour maintenir cette interconnexion et pour l’envoi de messages. Tout ceci fait partie d’un accord, avec des engagements de services élevés, signé entre CM Telecom et les opérateurs.


L’envoi au travers les fermes de cartes SIM.

Techniquement, les fermes de carte SIM sont un ensemble de boîtiers, embarquant des cartes SIM, connectés à des modems. Le trafic généré au travers de ces cartes peut être vu par les opérateurs comme du trafic Peer To Peer et donc confondu avec du trafic de téléphone à téléphone. Les cartes utilisées sont pour la plupart des cartes attachées à des forfaits incluant des SMS illimités. C’est comme cela que les fermes de cartes SIM échappent aux coûts de connexions directes et affichent un coût d’acheminement de SMS très compétitif. Au-delà du fait que cette pratique frauduleuse ne dispose pas d’agréments commerciaux avec les opérateurs, ce mode de routage est peu fiable et génère d’autres problèmes qui peuvent être irréversibles pour l’annonceur qui l’utilise.

Comme le rappelle la MMAF (Mobile Marketing Association France) dans sa Note d’avertissement et d’explication sur le SMS éditée en Avril 2014, « il n’y a aujourd’hui qu’une seule méthode contractuellement autorisée pour réaliser des envois SMS d’entreprises à particuliers (aussi appelé « envoi de masse ») : le raccordement direct via la signature d’un contrat Push SMS »

Cette méthode d’envoi douteuse et lente (maximum 1 SMS par seconde) est dangereuse car elle ne permet pas la gestion du désabonnement via le STOP et le manque de fiabilité de ce système peut générer des envois de SMS en dehors des plages horaires autorisées (être réveillé par la réception d’un SMS marketing en pleine nuit peut générer l’effet opposé à celui attendu). Du fait que les fermes utilisent plusieurs cartes SIM correspondant à plusieurs numéros pour envoyer leurs messages, l’expéditeur ne peut être annoncé, l’absence de Sender ID unique laisse le destinataire dans l’incompréhension car il lui est impossible d’identifier d’où provient le SMS envoyé. Rappelons également que ce mode ce mode de routage illégal n’apporte pas un niveau de statistiques pertinent, ces statistiques sont vides et inexploitables, les rapports d’envois sont minimalistes - contrairement aux routes directes qui permettent de remonter des informations comme l’acquittement, la réception, les motifs de non réception. 

L’évaluation du prix du  SMS est soumis à la pression des Fermes de cartes SIM, confirme James Lasbrey de Telefonica. Lasbrey souligne que les opérateurs doivent agir de façon à mettre fin aux Fermes de cartes SIM,  et doivent s’attaquer aux marchés impétueux et aux activités frauduleuses. Bloquer ces formes de routage a été fructueux auparavant. D’après le sondage réalisé à la Wholesale Messaging and SMS  World conférence, les revenus ont augmenté de 22% après l’arrêt des fraudes.

Contactez-nous


Tags



Lire d'autres articles

Précédent CM Telecom déploie ses services mobile sur le marché français et britannique
Suivant Comment choisir entre Push Notifications et SMS ?
Retour à la page d'accueil Blog

Partager cette page

A propos de l'auteur

Erik Eggens

Connectez-vous avec Erik sur

LinkedIn, Twitter.